Benoît Huber champion de Suisse dans la douleur !

«Zurück

16.12.2019 08:48 Uhr
Bertrand Duboux

Photos: Balthazar Schweizer, www.balthi.com

Au prix d’un combat homérique et d’une folle intensité, Benoît Huber (32 ans) s’est emparé du premier titre national professionnel des lourds-légers en battant au Forum Fribourg l’invaincu Zurichois Seid Dzemaili (8-0-0) par ko technique au 10ème et dernier round. Un choc de titans, essentiellement physique, qui a laissé à plusieurs reprises les deux adversaires au bord du gouffre. Ce fut le cas du Valaisan notamment aux 5ème et 6ème reprises, mais celui-ci, revenu de l’abîme, a réussi finalement à faire pencher in extremis le combat en sa faveur grâce à sa formidable force de frappe.

C’est un véritable coup de théâtre qui a mis fin à cette terrible bataille suivie par quelque 1'100 spectateurs impressionnés. Un affrontement d’une dureté incroyable qui a amené les deux adversaires plusieurs fois au point de rupture. Alors que le dernier round venait de commencer, Dzemaili était percuté par un crochet du gauche parti de loin qui le faisait tanguer. Secoué, le Zurichois entraînait Huber dans les cordes. Dès que le combat reprenait, il était de nouveau percuté par un terrible crochet du gauche. Puis le Valaisan, malgré son état d’épuisement, trouvait les ressources et l’énergie nécessaires pour passer une série de directs et de crochets qui expédiaient Dzemaili tête en avant dans les cordes. Compté « huit », celui-ci voulait reprendre le match mais l’arbitre Fabian Guggenheim estimait qu’il n’avait pas suffisamment récupéré eu égard aux nombreux coup reçus jusqu’alors et arrêtait le combat après 40 secondes dans la dernière reprise.

Rarement championnat de Suisse professionnel aura connu un tel suspense et suscité autant d’émotions ! Face à un rival d’abord craintif et sur la réserve, Benoît semblait bien parti pour affirmer sa supériorité par ses frappes appuyées en crochets et directs. Dzemaili, la garde bien serrée, se contentait de laisser passer l’orage et répliquait par intermitence mais bien vite il faisait apparaître les lacunes défensives du Valaisan. Celui-ci insistait par des attaques un peu « téléphonées » et parties de loin mais tout allait changer dès le 5ème round.

Bousculé, Huber se retrouvait au tapis sans être compté. Le combat se durcissait et Dzemaili devenait de plus en plus dangereux. A son tour, il touchait durement et Huber était en grande difficulté. Le Valaisan plaçait tout de même une terrible droite mais il subissait toujours plus et était percuté, au coup de gong, par un crochet du gauche qui le faisait vaciller. La minute de repos n’était pas de trop pour le remettre d’aplomb mais les premiers signes de fatigue se faisaient sentir. Au 6ème round, Huber était malmené, en perdition, encaissant toujours plus les frappes plus précises de Dzemaili qui ne cessait d’avancer face à un Valaisan sans garde et sans défense.

Désormais chacun des deux adversaires ne cherchait plus que le coup décisif pour mettre fin à cette guerre du ring. C’était un peu à toi, à moi ! Percuté par un méchant direct du gauche à la fin du 7ème round, Huber trouvait les ressources pour toucher durement au début du 8ème. Ses coups lourds, souvent lancés de loin au risque de le déséquilibrer, lui redonnaient un léger avantage mais il était de plus en plus éprouvé. Et l’incroyable résistance de Dzemaili, qui parvenait à son tour à le mettre très mal en point, réduisait ses chances de victoire jusqu’au coup de théâtre du dernier round !

Après avoir côtoyé le pire, Benoît Huber a trouvé la force de signer un exploit retentissant et qui fera date. Un succès qui souligne son incroyable force morale mais révèle aussi le travail à faire pour absolument améliorer sa défense en prévision des échéances à venir. Désormais lui seul sait s’il est capable de se remettre en question sur le plan technique et d’accepter les efforts et les sacrifices qui lui permettront de progresser et de s’offrir un avenir prometteur. 

Pour cette grande première au Forum Fribourg, les Suisses ont fait bonne figure face à une opposition étrangère de qualité. Ce fut le cas des deux Tessinois Ricardo Silva et Marzio Franscella. Le premier, appelé en dernière minute en remplacement de Hakobyan (rupture du tendon d’Achille), a obtenu le match nul face à l’expérimenté Vénézuélien Kelly Figueroa, alors que le second, à l’issue d’un dur affrontement, a réussi à préserver son invincibilité face au solide Serbe Geard Ajatovic. Un peu plus d’activité dans le dernier round aurait pu lui assurer la victoire. Quant à l’espoir bâlois Faton Vukshinaj (10-0-2), il s’est imposé par ko technique au 4èmeround face au Croate Frane Radnic, engagé au pied levé pour remplacer le champion de Belgique Kevin Ongenae, blessé. Enfin la Fribourgeoise Olivia Boudouma a battu aux points la Hongroise Bianka Majlath. Résultats :

Dames, 6x2, welters : Olivia Boudouma (Givisiez) bat Bianka Majlath (Hon) aux points.

Super-welters, 6x3: Ricardo Silva (Sui) et Kelly Figueroa (Ven) match nul (58-56, 57-57, 57-57).

Super-moyens, 6x3: Marzio Franscella (Sui) et Geard Ajetovic (Ser) match nul (58-56, 57-57, 57-57).

Super-moyens, 8x3 : Faton Vukshinaj (Kos/Sui) bat Frane Radnic (Cro) ko technique 4ème.

Lourds-légers, 10x3, championnat de Suisse :

​Benoît Huber (BC Octodure Martigny) bat Seid Dzemaili (BC Zurich) ko technique 10ème.

Sponsoren

Partner