Michele Barra, un guerrier de la vie

«Zurück

27.10.2013 21:30 Uhr

Michele nous a laissés un dimanche du mois d’octobre. Au Tessin, il était LA BOXE car depuis 40 ans il a donné au pugilat passion, temps, compétence, affection et énergie.                    

Michele Barra (a destra) avec Guido Carrera et Vitaly Kopilenko

Guido Carrera

Autour du ring on ressent la tension, un mélange entre courage et peur. Michele Barra était toujours présent, il tournait comme un lion en cage, participait aux rencontres des jeunes comme à celles des professionnels, en son for intérieur il vivait intensément les émotions mais donnait l’image d’un promoteur tranquille.

Dans sa carrière de promoteur-manager il a mené à bien la carrière de boxeurs professionnels tels que Michel Dahmani, Stefan Angehrn, Paolo Taglione, Xafer Vishai, Shala Ahmet, Loris Emiliani, Alexander Vetoux, Domenico Urbano, Giuseppe Lauri, Mohamed Lassoued , Sabina Ritter, Alina Shaternikova, Pino Ferrazzo, Andrija Petric, Disarjot Gashi, Rodolfo Magno, Ardian Krasniqi, Ruby Belge, Vitaliy Kopylenko, Ricardo Silva en atteignant avec certains d’entre eux, des titres importants.

Actuellement, comme toujours, avec attention et patience, il construisait les chemins vers le succès pour Vitaliy Kopylenko et Ricardo Silva.

Il donnait surtout de l’importance aux personnes et tous ont eu avec lui un rapport humain spécial. Michele a toujours ouvert la salle et suivi personnellement avec attention des dizaines de jeunes même ceux qui ne seraient jamais devenus de professionnels. Sur le ring comme au travail il regardait les personnes et leur donnait des conseils simples et concrets, comme l’était lui-même.

Il n’oubliait jamais de remercier tout le monde, les boxeurs, les entraîneurs et les aides. Il souhaitait que tout fonctionne parfaitement, ses écoles de vie ont été les chantiers et les rings, endroits où l’on ne peut jamais mentir.

Son entreprise fonctionnait comme le Boxing Club d’Ascona : exigeant en attendant des résultats, compréhensif devant les difficultés personnelles. Il était très fier et orgueilleux du fait que plus de septante jeunes formés dans son entreprise, ont ensuite fait une belle carrière, grâce aussi à son soutien.

Il était devenu Conseiller d’Etat, charge politique la plus importante du Canton Tessin. Il n’a hélas pas eu le temps de marquer profondément cette charge mais il a suscité de l’affection et de l’admiration car il a essayé d’appliquer dans la politique les principes qui le guidaient dans la vie. Pas facile cette tâche, qui lui a valu de nombreux soucis, mais qu’il a toujours fièrement porté en avant avec cohérence.

Il a été frappé par la maladie à son moment le plus resplendissant, en le brisant en peu de temps et en concluant dramatiquement une vie qui ressemblait à un compte de fées : l’apprenti maçon qui a rejoint la plus haute charge politique. Durant ces terribles six derniers mois, il a combattu comme sur le ring : avec courage et réalisme.  La cruauté de la vie ressemble parfois à celle de la boxe mais dans la vie comme dans la boxe les guerriers triomphent toujours. Lors de son enterrement, sur le cercueil il y avait un gant de boxe rouge, symbole de cœur, passion loyauté. Un guerrier du ring reste dans le cœur des gens pour toujours.

Adieu Michele, salut mon ami.