Anaïs Kistler, la perle du CLB

«Zurück

09.11.2014 17:25 Uhr



Bertrand Duboux

09.11.2014 - D’un côté elle frappe, de l’autre elle prodigue des soins à domicile ! Tout le paradoxe d’Anaïs Kistler (63,7 kg) qui mène de front une carrière sportive au Club lausannois de boxe et d’infirmière diplômée, à Cully. Un défi pour cette Neuchâteloise souriante mais déterminée, car les journées sont longues et éprouvantes entre le travail quotidien (neuf à dix heures par jour au service des autres) et les entraînements (quatre séances par semaine). Au prix de beaucoup de sacrifices et de volonté, elle y parvient plutôt bien et offre à son entraîneur Fouad Ben Saoud de réels motifs de satisfaction, notamment quatre titres de championne romande et deux titres nationaux dans deux catégories différentes ces deux dernières années.

Entre eux, c’est l’osmose parfaite, une forme de complicité. Championne de Suisse 2012 en moins de 64 kilos (aux dépens de la Bulloise Caroline Dousse), Anaïs a ajouté à son palmarès une nouvelle consécration, fin 2013 à Zurich, en dominant en moins de 69 kilos Mirjam Jaberg, puis surtout la Bernoise Sonja Uhlmann (Boxing Kings) en finale. Et cela malgré un gros handicap de poids ! « Le meilleur combat féminin de la journée », peut-on lire sur  www.swissboxing.ch, le site de la fédération. « Les deux boxeuses ont fait preuve d’un bon niveau technique et maintenu un rythme élevé tout au long des trois reprises. Cependant Anaïs Kistler doit son succès à un niveau technique plus élevé qu’Uhlmann ».

Fouad d’ailleurs ne tarit pas d’éloges sur sa protégée qu’il voit progresser au fil de ses combats et qui, quinze jours après son nouveau titre 2013, était revenue de Frekendorf avec un  succès supplémentaire et un match nul.

- Elle a fait match nul avec la 9ème mondiale. Et encore, elle avait gagné ! estime son entraîneur.  Anaïs a une très bonne technique et un beau style, avec un bon jeu de jambes. Et surtout elle fait preuve d’un caractère indépendant. Elle sait ce qu’elle veut. C’est une perle !

Le sacre de la Genevoise Ornella Domini, devenue championne d’Europe en 2013 après cinq combats professionnels seulement, lui donne des idées et aiguise son apétit de réussite. A juste titre, car Anaïs Kistler (1m71) compte une victoire sur la même Ornella en 2012 à Palézieux avant les championnats de Suisse. Avec 43 matches disputés à ce jour (32 succès, 2 nuls, 9 défaites), la double championne de Suisse a acquis de l’expérience. Et à 25 ans et demi, elle se trouve à un tournant de sa carrière.

- En 2014, je vais rester amateur, annonçait-elle à l’époque, car je suis sélectionnée en équipe de Suisse et on m’a proposé de disputer les championnats d’Europe. Je ne veux pas laisser passer cette chance. Ensuite professionnelle ? On verra, mais j’y pense.

En attendant, Anaïs Kistler continue à progresser sur le plan international. Ses bons résultats cette saison lui ont même ouvert les portes d’une sélection pour les championnats du monde AIBA organisés à Jeju, en Corée du sud, du 16 au 25 novembre. Pour préparer au mieux cette échéance, elle a participé fin octobre, sous la direction de l’entraîneur national Michael Sommer, à un grand tournoi international à Stralsund (nord de l’Allemagne) avec un succès sur une Marocaine et une défaite face à une Anglaise en demi-finales. Elle a ensuite disputé quelques séances de sparring à Frekendorf avec la Bâloise Sandra Brügger, triple championne de Suisse ces dernières saisons, afin d’aborder au mieux son déplacement en Asie. Un long voyage que l’on espère enrichissant pour la petite protégée de Fouad, lequel compte sur elle pour l’aider ensuite, dès son retour au pays, à bien organiser les championnats de Suisse dont le Club lausannois de boxe a pris la responsabilité cette année.

Un véritable événement, car ce sera la première fois à Lausanne depuis 1969 ! Et aussi un gros défi, dans un contexte de dénuement total, pour le patron passionné du CLB qui ne compte ni ses heures, ni son argent pour assurer la survie du club dont il a la charge. Ce n’est pas là le moindre de ses mérites à la tête d’une petite équipe qui, grâce aux talents qu’elle recèle, réussit tout de même à faire parler d’elle très avantageusement ces dernières années.

Les demi-finales et finales auront lieu le samedi 29 et le dimanche 30 novembre au centre sportif du Vieux-Moulin, route des Plaines du Loup, à Lausanne (quartier de La Pontaise). La soirée de samedi sera complétée par trois combats professionnels avec notamment le welter Jamal Dlala (28 ans/3 succès, 1 défaite) ainsi que la Bernoise Aniya Seki en lice pour un titre international féminin.