Championnats suisses à Lausanne

«Zurück

01.12.2014 20:49 Uhr

Rapport de Ueli E. Adam (texte) et Deborah Polasek (Photos)

Les finalistes avant leur combat

08.12.2014 - Le  monde de la boxe suisse a de quoi se réjouir: à Lausanne, il n’a pas été facile d’obtenir un titre.  Pour environ 450 boxeurs et boxeuses licenciés en Suisse, 65 boxeurs et 22 boxeuses se sont qualifiés pour les Championnats. Heureusement, cette année les prétendants aux divers titres ont été supérieurs à ceux des autres années : décrocher un titre n’a donc pas été chose facile. Les combats des finalistes ont garanti un grand spectacle et tenu en haleine le public présent à la salle du Vieux-Moulin à Lausanne. C’est la première fois depuis 45 ans que les finales du Championnat suisse se disputent à Lausanne. Fouad Ben Saoud et son Team du CLB ont parfaitement maîtrisé cette tâche difficile.

Les combats pour le titre en version télégraphique

Elite 56 kg: Valentino Herrera (SR St-Gallen) vs. Dat Tai Pham (BC Nyon)

Le jeune saint-gallois a fait une belle impression contre le tenant du titre en disputant un premier round très équilibré. Dès la deuxième reprise, grâce à son expérience, Phan a allumé son adversaire Herrera avec des combinaisons de coups variées et rapides. Ancien et nouveau champion: Dat Tai Pham, Nyon.

Femmes 56 kg: Nicole von Känel (BA Bern) vs. Marie Tschumi (SC Lausanne)

La bernois était confrontée à une boxeuse qui s’était très bien qualifiée en demi-finale en dominant clairement Catherine Ulrich (BC Châtel-St. Denis). Que la tâche de Känel (à droite) ne serait pas facile s’est déjà vu à la première reprise.



Tschumi, avec ses attaques percutantes a cependant été tenue en échec par les rapides coups droits de la bernoise. Cependant, ce n’est qu’au milieu de la troisième reprise que Känel a trouvé la solution pour prendre l’avantage. Avec une boxe technique et propre elle a pris le dessus sur la tenace boxeuse romande et ainsi mérité de gagner le titre.

Elite 60 kg: Ahmed Altintas (BC Wallisellen) vs. Eren Oener (BK Boxring Bern)

Pour le premier point culminant ces deux boxeurs ont disputé dans le ring le meilleur combat de la manifestation. Le grand talent de Wallisellen (à gauche) était confronté à un adversaire avec un remarquable instinct du ring et une éblouissante technique.



Mais c’était également nécessaire : Eren Oener, qui est revenu à la compétition en 2014 après une pause d’un an, est un boxeur qui est capable de disputer chaque combat de manière différente. Après avoir gagné de manière convaincante en demi-finale contre le valaisan Julien Baillifard, il a échoué contre l’excellent Ahmed Altintas. Une legère blessure en demi-finale et cette pause de compétition ont certainement affaibli Oener et l’ont empêché de pleinement développer ses compétences. Ahmed Altintas en prenant le titre a démontré qu’il est un boxeur susceptible de continuer en faisant des prouesses.

Femmes 57 Kg. Tina Asmussen (BR Basel vs. Leila Cucinelli (BC Martigny)

Les deux boxeuses ont offert un combat intéressant. Cependant, la baloise en présence d’une adversaire de loin inférieure a montré plus de sang-froid, de bon jugement et de technique. Dès la deuxième reprise, il a été clair que la victoire  serait au bout du combat. Grâce à une boxe épurée et un bon répertoire de coups Asmussen (à droite) a été déclarée Championne suisse.

Elite 64 kg: Raphaël Arguello (Lausanne Boxing) vs. Daniel Egbide (BC Genevois)

Une bataille animée par deux adversaires qui ont cherché la victoire. Dès le début, Daniel Egbide a laissé l’impression d’être le plus puissant. Cette attitude a trompé Arguello (à droite), lequel, bien que nettement supérieur, s’est engagé dans un combat rapproché plutôt que de porter des coups longs et de mettre ainsi la pression sur le genevois.



Egbide a répondu à ces attaques inhabituels et arrêté Arguello avec des uppercuts classiques. Mais cela n’a pas bluffé le Jury qui a clairement déclaré Arguello nouveau Champion suisse avec le score de 3 :0. Cependant, cette décision, prise toutefois en connaissance de cause, n’a pas été compréhensible pour tous.

Elite 69 kg: Egzon Maliqaj (BS Gebenstorf) vs. Andranik Hakobian (City BG Baden)

Le champion en titre s’est confronté avec un boxeur qui avait fait sensation le jour précédent. En demi-finale, Hakobian (à droite) avait remporté le combat contre le jeune boxeur de première classe Urim Smajli avec le score de 2 :1. Hier, après sa victoire, en raison de sa boxe excentrique et ses gestes inutiles, Hakobian avait été hué par le public. Mais en finale, deux choses étaient évidentes : il sait boxer et il a des nerfs d’acier. Contre le tenant du titre, Il a livré un combat de gré ou de force. Maliqai, qui s’est extrêmement bien amélioré au fil des années, s’est souvent montré imprévisible devant la difficulté, mais toujours réagi avec un réflexe rapide contre le boxeur de Baden. Hakobian a lutté avec une confiance inébranlable dans la victoire.



Peu avant la fin de la deuxième reprise, il semblait avoir réussi. A cause d’une coupure au-dessus de l’œil droit de Maliqaj le combat a été arrêté par décision médicale. Hakobian a donc pensé, comme presque tout le public, que la victoire lui était attribuée, mais malheureusement pour lui il ne connait pas le règlement officiel. L’article 13 stipule clairement ce qui suit : Lorsque le combat d’une finale doit être arrêté pour cause de blessure, dès la deuxième reprise est déclaré gagnant le boxeur qui avait le plus de points à ce moment de la compétition. Au moment de l’accident, le score du Jury était de 2 :1 pour Maliqaj. C’est pour quoi, le gagnant et champion suisse : Egon Maliqaj, Gebenstorf.

Femmes 64 kg: Caroline Dousse (BC Bulle) vs. Anaïs Kistler (Club Lausannois)
Se trouver en face de la lausannoise est actuellement un moment difficile à passer. Anaïs Kistler (à gauche) est actuellement l’une des plus grandes boxeuses suisse. Cela a déjà aussi été plusieurs fois démontré lors de combats des Championnats suisses contre Caroline Dousse.



La boxeuse de Bulle, en demi-finale avait remporté le combat contre la baloise Barbara Wilhelmi et également impressionné en finale avec sa jolie boxe. La fraicheur et les capacités techniques de la championne suisse ont fait la différence. Avec 3 :0 les Juges ont déclaré que Kistler resterait championne suisse.

Elite 75 kg: Angel « Floyd » Roque (BC Zürich) vs. Vahram Khudeda (NAB Frenkendorf)
En demi-finale, Khudeda avait frappé le jeune espoir Amir Orfia de Lausanne en lui infligeant un lourd KO. Il s’est donc trouvé en finale contre Angel « Floyd » Roque (à gauche), l’étoile montante du Club de Zurich, lequel était donné favori. Il s’en est avéré autrement ; dans un premier combat de classe de ces finales,



Khudeda était confiant face au zuriquois et il a marqué des coups durs et précis. Roque n’a été en mesure de développer ses extraordinaires capacité que sporadiquement et a du subir une douloureuse défaite à laquelle il ne s’était pas préparé. Vahram Khudeda a été déclaré gagnant par les Juges par 3 :0 et déclaré champion suisse.

Elite 81 kg: Uke « The Wolf » Smajli (SR Zürich) vs. Davide Faraci (BR Baden)
Déjà avant la finale il était clair que la confrontation de ces deux boxeurs serait le point culminant de ces finales. Et il en a été ainsi. Les deux meilleurs boxeurs suisses du moment ont livré une bataille enthousiasmante. Faraci (à droite), qui doit certainement encore trouver ses véritables marques dans une classe de poids supérieure afin d’être plus à l’aise, était donné favori dans ce combat pour le titre contre l’impressionnant Ukë « The Wolf » Smajli, cependant très difficile à battre avec sa puissance de combat.



Après trois rounds passionnants desquels seuls les véritables experts ont été en mesure d’estimer le verdict avec précision, Smajli a été déclaré gagnant avec le score de 2 :1. Sa plus grande explosivité et sa puissance de combat ont probablement fait la différence pour ce vote serré. Les deux boxeurs ont prouvé leurs qualités et ont disputé un combat de très haut niveau.

Elite 91 kg: Stefan Rumpold (BC Brugg) vs. Rrezoart Gashi (BTO Thun)
Dès la première reprise, le champion suisse 2012 de Brugg a été lourdement attaqué par le boxeur de Thun. Gashi (à droite) a complètement misé sur l’attaque et entrepris Rumpold avec une série de coups bien rythmés, mais sans vraiment le dominer.



Dès le début de la deuxième reprise, Rumpold a repris le dessus en dominant le combat. Malheureusement, après un coup précis de Gashi il a été compté. Cela n’a été qu’un avertissement. A la troisième reprise Rumpold a à nouveau été compté et n’a donc pas été en mesure de développer ses qualités. Gashi a cependant convaincu, avec une habile stratégie de combat, une vitesse vertigineuse et des coups précis. A la fin du combat le verdict a donc été clair : Rrezoart Gashi déclaré nouveau champion suisse par 2 :1.

Elite + 91: Seid Dzemaili (BC Zürich) vs. Mehdi Ben Hamira (Club Lausannois)
En raison d’une inexplicable passivité du boxeur de Zürich, c’est le nouveau venu boxeur de Lausanne,  qui a remporté le titre avec le score de 2 :1. Dzemaili (à droite) n’a pratiquement montré que on jab, et même très peu, sans jamais mettre son adversaire dans l’embarras. 



Ben Hamira n’est pas un boxeur complet, mais un homme avec de bonnes approches, une bonne vision et des poings lourds. Bien sûr, un Lucky punch peut être fatale et une estimation correcte de ce risque fait partie du bagage d’un boxeur expérimenté dans la catégorie de poids la plus élevée. Dzemaili n’a pas su mettre à profit ses indéniables qualités.

Club Lausannois de Boxe: Championnat suisse
Une belle réussite pour l’équipe de Fouad Ben Saoud ! L’équipe de Fouad mérite un grand compliment pour tout ce qu’elle apporte à ces jeunes espoirs du ring. Et cette fois, les fruits ont été récoltés! Bravo.

Commentaire:
Les boxeurs de la Suisse orientale, de Zürich et de Berne habitués au succès n’ont pas nécessairement été au rendez-vous, cela en raison de très bonnes éliminatoires et finales ; nous avons ainsi pu remarquer que des athlètes de très bonne qualité proviennent aussi d’autres régions. C’est une bonne nouvelle et elle répond aux objectifs de notre Fédération sous la direction du Président Andreas Anderegg.  C’est pourtant dommage qu’autant de lumière soit entachée par des coins d’ombre. Lorsqu’un médaillé d’argent jette ostensiblement sa bourse, ou si un jeune zuriquois égocentrique se fâche et endommage une armoire, ce sont les formateurs qui devraient prévenir ces manifestations mal venues et inutiles. Des sévères sanctions doivent être prises. Ceux qui ne savent pas perdre doivent apprendre la modestie et en supporter les conséquences. Il est aussi absolument inacceptable qu’un jeune talent tel Orfia, qui a de plus pris congé pendant son service militaire, après avoir été compté plusieurs fois doive en plus subir un lourd KO. Il n’y a aucune excuse : l’entraîneur devait impérativement jeter l’éponge avant que cela arrive. Celui qui fait passer son ambition avant la santé de ses athlètes est aussi responsable de la mauvaise image du sport de la boxe.

Tableau des médailles avec l’équipe gagnante de la coupe des champions par équipe

Ernest Monnier, trois fois champion suisse de 1955, 1957 et 1958, dans la catégorie des super-moyens. Monsieur Monnier offre généreusement à chaque vainqueur de la finale la somme de CHF 100.-. (Photo Jack Schmidli)

L’ancien entraîneur national André "Resu" Schenk avec le directeur sportif Federico Beresini (Photo Jack Schmidli)

Eclatant de joie d’avoir gagné la coupe des champions par équipe: Ben Fouad Saoud, Président et Chef entraîneur du Club lausannois de boxe.

Combats des professionnels

Jamal Dlala
(3-2-0) et Walid Abderrahmen (11-2-0)  ont fait un retour à la compétition gagnant.
Les deux avaient fait une pause de combats et se devaient de convaincre le public et disputer un retour réussi.

Dlala (I.). Après un bon départ dans la première reprise à perdu au troisième round et reconnait la supériorité de son adversaire

Après presque deux ans d’interruption, bien que Dlla,  le boxeur de Lausanne, âgé de 28 ans, ait perdu son combat contre un adversaire solide (Christian Segura, République Dominicaine) avec 56:58, 56:58; 57:57, il n’a pas démérité et il a disputé un bon combat.

Après une longue absence du ring, Walid Abderrahmen a disputé un excellent combat de retour contre l’italien Pinzi. Il sera à nouveau sur le ring le 26 décembre, le lendemain de Noël à Berne

La bonne nouvelle est qu’Abderrahmen, de Genève, contre un adversaire de très bonne qualité  (Emanuele Pinzi, Italie), n’a rien perdu de ses qualités. Il a gagné contre Pinzi en six rounds avec le score de 59:55; 59:55; 50:54. Enfin un compliment au Club de Lausanne qui a su choisir de bons adversaires.

 Tracuction effectuée par Franca Roncoroni