Julien Calvete commence fort

«Zurück

27.03.2017 19:17 Uhr

Tazi, Moret, Nabil et Ibishi en vedette à Nyon
 

Bertrand Duboux, 27.03.2017

Beau succès à la fois populaire et sportif pour le meeting annuel du Boxing Club Nyon : une salle communale pleine et surtout les débuts victorieux de Julien Calvete chez les professionnels. A 25 ans, le champion de Suisse 2015 des poids légers, n’a pas raté la marche. Mieux, il a épaté ses nombreux supporters en s’imposant par k.o. au 4ème round face au jeune Italien Davide Bulla (19 ans), néo-professionnel comme lui. Une réussite encourageante pour  son entraîneur Philippe Sergeat et son manager Daniel Bonito, mais aussi pour la boxe romande qui a besoin d’une relève de qualité.

Au bénéfice d’une exceptionnelle condition physique, le Nyonnais a imposé un rythme infernal dès les premiers échanges. Rapide, mobile, déterminé, il a frappé sous tous les angles, principalement en crochets des deux mains et sans fléchissement. D’entrée il a mis la pression sur son jeune rival, excellent technicien aussi et bien à l’abri derrière une garde serrée. A l’opposé, emporté par sa fougue et trop occupé à délivrer ses rafales de coups, Calvete a négligé de se protéger, ce qui l’a exposé aux séries en contre de Bulla au 2ème round où il a dû encaisser plusieurs durs crochets du gauche.

A peine perturbé, Calvete a accentué sa pression à la 3ème reprise. L’affrontement a encore gagné en intensité, chacun répliquant en crochets et uppercuts. Et au 4ème round, la résistance de Bulla a fini par céder devant les assauts répétés du Vaudois. L’Italien a été compté « huit » une première fois avant d’être mis k.o. sur une terrible série des deux mains conclue par un crochet du gauche décisif.

Une entrée en matière réussie pour Julien Calvete après une quarantaine de combats amateurs. Il ne voulait pas se rater devant son public et il y a mis la manière au prix d’une formidable débauche d’énergie. Mais il devra corriger quelques petits défauts pour assurer sa progression et s’imposer comme la locootive dont la boxe romande a bien besoin par les temps qui courent.

Au total douze combats étaient à l’affiche. Le plus spectaculaire et impressionnant a été celui entre le poids super-lourd valaisan Joël Moret (1m96, 111,5 kg) et l’Italien Aziz Rabbah (102,4 kg). Pour son deuxième combat seulement, le transfuge de la lutte libre (il a été vice-champion de Suisse) a littéralement atomisé son adversaire au 2ème round sur un magistral crochet du droit en contre alors qu’il était mis en difficulté et acculé. Un dénouement fracassant qui témoigne de l’extraordinaire force destructrice du géant du BC Octodure Martigny. Compté à deux reprises au 1er round, Rabbah s’était bien repris par la suite mais la puissance de Joël Moret (25 ans) ne lui a laissé aucune chance. Il est même resté plusieurs minutes dans le cirage, ce qui a fait naître quelques inquiétudes, avant de reprendre conscience.

On a aussi noté la belle victoire du mi-lourd genevois Beniman Mohamed Nabil (Cercle des sports) face à Axel Mbida (Athletique boxe) qui affichait pourtant 4,5 kg de plus que lui. Déjà compté au 1er round et débordé, ce dernier n’a pas résisté à la vitesse de bras et aux terribles crochets de Nabil (23 ans) qui l’a secoué à plusieurs reprises avant que son entourage ne lance la serviette sur le ring pour abréger son calvaire (abandon 2ème).

En légers, Arber Ibishi (BC Nyon) et Julien Baillifard (BC Martigny) ont livré le meilleur match de la soirée. Souvent barré par Julien Calvete ces dernières saisons, le Valaisan a échoué échoué cette fois sur un autre Nyonnais qui a fait basculer le combat en sa faveur par des frappes plus nombreuses et plus appuyées. Les larges crochets d’Ibishi ont petit à petit sapé la résistance de Baillifard, compté au 3ème round et finalement batu aux points (3-0) à l’issue d’un affrontement intense et musclé.

Ont livré le meilleur match de la soirée: Arber Ibishi (à droite) et Julien Baillifard

Enfin, nouvelle victoire du talentueux Yves Tazi (23 ans) face à l’Italien Igor Ursu (25 ans), largement dominé par celui qui s’affirme comme la perle noire du Club pugilistique Carouge après seulement une saison de compétition. Un dénouement net et sans bavure au profit du welter genevois (68,900 kg) qui a fait étalage de ses formidables qualités d’esquiveur et de frappeur face à un adversaire comptant trois fois plus de combats que lui (38 contre 12). Les réactions de Tazi en crochets des deux mains et uppercuts ont fait merveille. Dès la 2ème reprise, sa démonstration a même été un régal pour les yeux et Ursu, malgré son allonge et son excellente technique, a eu bien du mal à le toucher. Le plus souvent il n’a trouvé que le vide alors que Tazi frappait sous tous les angles, donnant même l’impression de s’amuser sur le ring. Touché par un magistral crochet du gauche, Ursu a été compté au 3ème round et Yves Tazi, désormais membre du Swiss Boxing Team, a signé son 11ème succès en 13 combats

(3-0), donnant l’occasion à son entraîneur Ricardo Pereira d’être confiant pour la suite de sa carrière.